© Amine El Gotaibi 2020

  • Facebook amine el cotaibi
  • Twitter amine el gotaibi
  • Instagram - amine el gotaibi

Mon engagement artistique

Pour moi, chaque expérience artistique est un acte défini, suite à une obsession indéfinie. Ainsi, chacune de mes propositions est comme une balance trouvant son équilibre dans le contenu de ses plateaux. Mes essais ne prennent aucune forme figée. Chaque projet est porté par une succession d’étapes différentes et mystérieuses qui peuvent m’amener jusque dans leurs extrémités les plus inconnues.

D’un point de vue formel, ma pratique se situe aussi bien dans de simples interventions que dans la réalisation de pièces complexes, nécessitant plusieurs années de réalisation, faisant souvent appel à la mécanique ou à la programmation électronique... Mon positionnement pousse à remettre en question la manière dont on appréhende un travail artistique, non pas dans sa généralité, mais plutôt dans les formes qu’il propose.

Mu par la volonté de « mettre les choses en mouvement », je m’inscris dans une pratique active et interactive. Mon travail se nourrit du contexte socioculturel et artistique dans lequel il prend forme, tout autant que de préoccupations existentielles universelles. J’aspire à ouvrir une porte sur l’expérimentation et l’innovation, touchant des formes d’expression différentes pour le partage de pensées, d’idées et de visions.

Chacun de mes projets tente ainsi, à son échelle, de faire changer la donne d’une société stagnante. Ils tentent aussi, dans une autre mesure, de faire évoluer les consciences (collectives et individuelles).

L’intérêt pour l’art peut alors se redéployer dans la société et devenir un moyen actif permettant de faire évoluer les choses, se débarrassant de l’image stéréotypée dont il fait l’objet dans la majorité écrasante des sociétés arabes : celle d’un élément de décoration élitiste.

Biographie 

Amine El Gotaibi est diplômé de l’Institut National des Beaux-Arts de Tétouan en 2008. Il développe très tôt un intérêt pour la notion d’information, dans des œuvres mêlant peinture, vidéo et installation comme dans son projet de fin d’études Qu’est-ce qu’une image ? (2008-2009). Exposant d’abord à Tanger et Tétouan, il réalise rapidement que l’environnement de l’art au Maroc demeure un territoire enclavé, encore peu ouvert aux nouvelles formes de l’art.

Au début de sa carrière, il voyage beaucoup en dehors du Maroc pour chercher ailleurs un terrain plus propice à son évolution, en dehors du « territoire de l’autocensure ». A l’occasion de résidences et participations, il séjourne durant plusieurs années en Europe, à Gênes  (Italie) où il expose en solo, à Saragosse (Espagne) où il obtient la bourse des Ateliers Internationaux de l’Art Contemporain et à la Cité Internationale des Arts à Paris en 2010. Il revient au Maroc en 2011 pour créer la résidence d’artistes Playa Blanca avec Zvezdelina Stoyanova (Bulgarie) et Mohamed El Mahdaoui (Maroc).

S’attachant à développer des projets d’envergure demandant plusieurs années de production, ses œuvres sont collaboratives, incluant d’autres corps de métiers ou bien la participation du public. Amine El Gotaibi s’intéresse aux phénomènes de masse rattachés à la croyance, avec la série Nouvelle religion (2011-2016) présentée à la Biennale de Marrakech en 2016. Les évènements des printemps arabes ont donné lieu à la création de plusieurs œuvres : la vidéo Goutte de grâce (2011) exposée au Musée d’Art Contemporain de Sharjah (2013) et pour les 100 ans de la Société Générale à Casablanca ; La prédation ne croit pas à la mort ! (2012), une installation faisant partie de l’exposition inaugurale du Musée Mohammed VI à Rabat en 2014 ; puis plus tard l’œuvre monumentale Ring de la soumission (2014) qui a reçu le soutien de l’Arab Fund for Arts and Cultures en 2012 et fut présentée dans une forme non définitive en 2014 dans l’exposition « Le Maroc contemporain » à l’Institut du monde arabe à Paris. Son récent projet Attorab Al Watani - Territoire National (2016) montré à la galerie CM à Marrakech aborde les questions de stérilité et fertilité d’un milieu, permettant ou non l’éclosion de l’individu. A travers l’installation, la vidéo ou la photographie,

Amine El Gotaibi a aujourd’hui plus d’une quinzaine de projets attendant de voir le jour.

CV

Amine EL GOTAIBI
Né en 1983 à Fès, Maroc.
Vit et travaille entre Tanger et Casablanca.


PRIX ET GRATIFICATIONS
2012 - Bourse de l’AFAC (Arab Fund for Arts and Cultures), projet "Ring de la soumission"
2009 - Bourse des Ateliers Internationaux de l’Art Contemporain, Saragosse, Espagne
2008 - Prix de la Reconnaissance et du Mérite Culturel, décerné par l’Ambassade du
            Mexique, Rabat, Maroc


EXPOSITIONS INDIVIDUELLES
2016 - « Attorab Al Watani – Territoire National », Galerie CM-Comptoir des Mines,
            Marrakech, Maroc
2011 - « Expérimentation », Galerie Agora, Marrakech, Maroc
2010 - « Des yeux – 1 œil », Galerie Bab El-Kébir, Rabat, Maroc
2010 - « Mouvement II », OpenLab Art Gallery, Gènes, Italie
2010 - « Tête-bêche », Galerie Dar d’Art, Tanger, Maroc
2010 - « Mouvement I », Museoteatro de la Commenda di Pré, Gènes, Italie
2009 - « Samouraï du néant », Galerie Linéart, Tanger, Maroc


EXPOSITIONS COLLECTIVES
2014 - « Le Maroc contemporain », Institut du monde arabe, Paris, France
2014 - « Cent ans de création au Maroc », Musée Mohammed VI d’art moderne et
            contemporain, Rabat, Maroc 
2014 - « Collective Gardens », Curators from the Curatorial Studies (Royal Academy of
            Fine Arts, Gand, Belgique), Komplot, Bruxelles, Belgique
2013 - « 100 ans – cent artistes / cent œuvres », Société générale, Casablanca, Maroc
2013 - « 31 – Exposition annuelle », Emirates Fine Arts Society, Musée d’art contemporain,
             Sharjah, Emirats Arabes Unis
2012 - « PLPAC - Proposition pour un Laboratoire des Pratiques Artistiques et
            Curatoriales », Institut français, Rabat, Maroc
2008 - « Lauréats de l’Institut National des Beaux-Arts », Institut Cervantès, Tétouan, Maroc
2007 - « Recados », Tolède, Espagne
2007 - « Etudiants de l’Institut National des Beaux-Arts », Ambassade du Mexique, Rabat,
            Maroc
2007 - « Etudiants de l’Institut National des Beaux-Arts », Institut Cervantès, Salle Agua,
            Tanger, Maroc
2006 - « Etudiants de l’Institut National des Beaux-Arts », Ambassade du Mexique, Rabat,
            Maroc
2005 - « Etudiants de l’Institut National des Beaux-Arts », Maison de la Culture, Tétouan,
            Maroc


BIENNALES ET FESTIVALS

2016 - Festival Caravane Tighmert, 2e édition, Guelmim, Maroc
2016 – Biennale de Marrakech, 6 e édition, projet « off » de GVCC-Galerie Venise Cadre
             Casablanca, Maroc
2011 – Biennale des Jeunes Créateurs Europe Méditerranée (BJCEM), 15 e édition,
             Thessaloniki, Grèce
2011 - Festival d’Art Vidéo, 1 ere édition, Institut National des Beaux-Arts, Tétouan, Maroc
2010 - Festival des Nouveaux Créateurs, 10 e édition, Madrid, Espagne
2010 - FIAV-Festival International d’Art Vidéo, 7 e édition, Casablanca, Maroc
2010 - EC3, Rencontre Culturelle et Créative, 2 e édition, Algésiras, Espagne
2010 - Moussem, Festival Culturel International, 33 e édition, Asilah, Maroc
2009 - Open Art, 3 e édition, Centre de l’Histoire de Saragosse, Espagne
2009 - EC3, Rencontre Culturelle et Créative, 1 ere édition, Algésiras, Espagne


RÉSIDENCES
2012 - PLPAC - Proposition pour un Laboratoire des Pratiques Artistiques et
            Curatoriales, Le Cube Independent art room et Institut français, Rabat, Maroc
2011 - Institut Français, Tanger et Tétouan, Maroc
2010/2011 - Cité internationale des Arts, Paris, France 
2009/2010 - Movimentazioni, Gènes, Italie


FORMATION
2008 - Diplôme du 2 e cycle, option Art à l’Institut National des Beaux-Arts, Tétouan, Maroc
2006 - Diplôme du 1er cycle, option Art à l’Institut National des Beaux-Arts, Tétouan, Maroc
2004 - Baccalauréat, Arts Plastiques, Lycée Ibn Haytam, Fès, Maroc