التراب الوطني 

TERRITOIRE NATIONAL

Intervention participative avec des habitants et les participants du
Festival Caravane Tighmert, région de GUELMIM WAD ENNOUN

Attorab Al Watani (Territoire National) est un projet artistique pluridisciplinaire combinant le voyage, l’acte de creuser et de construire. Amine El Gotaibi s’est inspiré de l’expression commune « graver son nom dans l’Histoire », l’objectif étant de la matérialiser pour mieux approcher son sens figuré, afin de prouver l’affirmation du « soi » dans la société et le cours du temps. Si l’art est une réflexion culturelle liée à la liberté et la remise en question, les travaux de construction et de forage sont quant à eux associés à la masse populaire et à l’effort physique brut. 

 

Amine El Gotaibi a voulu sortir de la posture traditionnelle de l’artiste dans son atelier pour aller vers un autre horizon, à la rencontre du Maroc et de son territoire national. Il en a ainsi parcouru les douze régions selon le découpage territorial officiel du royaume. À chacune de ces étapes, il a creusé son propre nom en lettres gigantesques dans la terre durant huit heures, respectant scrupuleusement les mêmes horaires que la journée d’un travailleur.

En inscrivant un nom propre (peu importe que ce soit le sien ou un autre, en fin de compte) Amine El Gotaibi souhaite affirmer la place de l’individu dans l’espace public. Il tente ainsi de remettre en question les frontières individuelles en opposition aux frontières édictées par l’état. C’est pour lui une manière de questionner le sens de l’appartenance à une patrie, mais aussi celui d’être artiste dans un environnement inégal (ou inégalitaire).

 

L’artiste a ensuite méticuleusement récupéré des échantillons de la terre ainsi creusée afin de produire douze œuvres, la plupart utilisant une technique empruntée à l’architecture traditionnelle : la terre pisé, un mode de construction où la terre crue est pilonnée et compactée par couches successives. La pièce la plus imposante étant l’écriture du terme « Attorab Al Watani », « territoire national » en darija (sa langue maternelle marocaine), sur plus de dix-sept mètres de long.

La transformation de l’écriture du vide en plein – le nom de l’individu creusé dans la terre servant à bâtir le nom de la patrie – est un élément clé de la démarche d’Amine El Gotaibi dans ce projet. Il se retrouve tour à tour dans l’acte de creuser, puis dans celui de construire. La réalité elle aussi abime ou fortifie les individus. Tandis que le nom de l’artiste creusé ne représente qu’un vide, reconstruit plusieurs fois au fil de ses douze œuvres... L’individu ne serait ainsi qu’un vide qui se répète inlassablement et qui se déplace partout ?

 

 
 
INTERVENTIONS
 
 
OEUVRES

© Amine El Gotaibi 2020

  • Facebook amine el cotaibi
  • Twitter amine el gotaibi
  • Instagram - amine el gotaibi
Region Casablanca

Intervention_12