© Amine El Gotaibi 2020

  • Facebook amine el cotaibi
  • Twitter amine el gotaibi
  • Instagram - amine el gotaibi

LA PRÉDATION NE COIT PAS À LA MORT !

PREDATION DOESN’T BELIEVE IN DEATH!

LA PREDATION NE CROIT PAS A LA MORT !

Installation
(photographie, tuyau, chalumeau et slogan) 2012

Flirtant avec ce qui est permis et ce qui reste transgressif quant à la liberté d’expression au Maroc, “La prédation ne croit pas à la mort !” est une installation multidisciplinaire mettant en relation l’image et le texte. Un autoportrait photographique représente l’artiste sur le célè- bre boulevard Mohammed V à Rabat, tournant le dos au parlement. Point de contexte extérieur, il est seul dans cet espace du pouvoir, qui remplit par ailleurs tout le cadre. Présenté sous forme d’installation dans l’espace d’exposition, son visage est obstrué par un détendeur de gaz qui relie directement sa bouche à un tuyau. Telle une affirmation puissante, le titre de l’œuvre est « tagué » sous forme de slogan sur le mur en lettres brûlées, au chalumeau.

Reprenant le principe de manifestation (elles sont fréquentes sur ce boulevard devant le siège du pouvoir marocain) et de revendication illégale qu’est le graffiti dans l’espace public, Amine El Gotaibi s’est inspiré du livre “Le roi prédateur” de Catherine Graciet et Eric Laurent, une enquête – censurée au Maroc – sur le monopole économique détenu par le roi Mohammed VI.

Questionnant l’excès, celui d’un souverain sur l’économie de son pays autant que le mécontentement populaire grondant au point d’exploser, “La prédation ne croit pas à la mort !” est surtout un acte de résistance artistique, apostrophant une élite qui ne semble pas croire à la finalité de son existence, puisant dans les ressources d’un territoire tout en muselant le peuple.

Cette œuvre traduit ainsi en un acte visible le ressenti de l’artiste face à une société utilisant la propagande pour, selon lui, « nous pousser soit à lire, soit à observer, soit à comprendre, mais en tout cas à ne faire qu’une seule chose à la fois, et donc à ne pas voir ce qui se trame autour de nous ».

PREDATION DOESN’T BELIEVE IN DEATH!

Installation

2012

Flirting with what is allowed and what remains transgressive when it comes to freedom of speech in Morocco, "Predation doesn’t believe in death!" is a multidisciplinary installation that puts in relation the image and the text. A self-portrait that represents the artist on the famous Boulevard Mohammed V in Rabat, turning back on parliament. In the absence of an outside context, he stands alone in this space of power, which fills all the frame. Presented in the form of an installation in the exhibition space, the artist’s face is blocked by a regulator of Gas which connects directly his mouth with a pipe. Such as a powerful affirmation, the title of the work is "tagged" in the form of slogan on the wall of the exhibition space in from of burned letters, using a blowtorch.

The artist resumes the principle of protests (they are frequent on this boulevard in front of the seat of the Moroccan power) and illegal claiming that takes the form of graffiti in public space. Amine El Gotaibi was inspired by the book “The predator King” written by Catherine Graciet and Eric Laurent, an investigation - censored in Morocco - on the economic monopoly held by king Mohammed VI.

 

Questioning the excessive hegemony of a monarch over the economy of its country as much as the popular dissatisfaction muttering in the point of explosion, "Predation doesn’t believe in death!" is especially an act of artistic resistance, the shouts out to  an elite that does not seem to believe in the purpose of its existence, drawing from the resources of a territory while muzzling the people.


Thus, this work translates into a visible act the feeling of the artist facing society that uses by means of propaganda to, according to him, "urge us either to read, or to observe, or to understand, but in any case to do one thing at the same time, and thus not to see what is happening around us".